12/06/2008

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

 

Ici avec Aurélie, la fille de notre regretté Jean. Elle était venu nous rendre visite lors des portes ouvertes. Je vous rappelle qu’ elle s’unit ce 21 juin avec Sys.
Hier met Aurélie, de dochter van onze betreurd Jean. Zij was ons een bezoek komen geven bij de open deuren. Ik herinner u eraan dat zij zich deze 21 juni met Sys verenigt.
PA020031

21:25 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

 

Avec nos caméras, Albert Lefèvre et moi-même en salopette orange, lors des portes ouvertes de 1991.
Met onze camera's, Albert Lefèvre en ikzelf in oranje werkpak, bij de open deuren van 1991.
Portes ouvertes oct 91 2Portes ouvertes oct 91 3Portes ouvertes oct 91 1

21:23 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

 

En 1978, en vacances en Espagne avec un ami, un collègue, mais le reconnaissez vous ? Moi, je porte la chemise bleu, mais l’autre, c’est qui l’autre gars ?
In 1978 met vakantie in Spanje met een vriend, een collega, maar erkent u hem ? Ik draag de blauwe hemd, maar wie is de andere kerel ?
SontpasinconnusSontpasinconnus1Sontpasinconnus2
A SUIVRE WORD VERVOLGD
Si vous avez raté les précédentes
Als je de vorige gemist hebt
CLIC ME

21:20 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/04/2008

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

 

Dans les années 90, de garde au poste Diamant, nous avons été appelé  la nuit pour explosion suivit d’incendie dans une rue près du bain de Schaerbeek. 1er sur place, le spectacle était apocalyptique, des débris jonchaient la rue, les vitres des maisons étaient en miettes, celles des voitures aussi, les compteurs à gaz étaient en feu dans la cave (époque du dégel). Il fallait s’assurer au plus vite s’il n’y avait pas de victimes, 2 personnes âgées furent découvertes dans leur lit au 1er étage, vivants, mais complètement ensevelis par un pan de mur qui s’était effondré sur eux, ils furent dégagés et sortis par la fenêtre de leur chambre au moyen de l’échelle aérienne arrivé de l’Héliport peu de temps avant. Nous ne pouvions pas éteindre le feu, car les compteurs étaient fondus, il fallait donc prudemment protéger les alentours. Lors de la reconnaissance suivant le sauvetage des 2 victimes, montant les escaliers en longeant le mur (plus stable que du côté de la rampe) et précédé par l’officier Potier et le sergent Toby, j’ai perdu l’équilibre et suis tombé dans la cave à quelques pas des compteurs en feu. Pourtant je procédais tel que l’instruction nous l’avait appris, dans les escaliers, longer le mur en le tâtonnant de la main, de même avec un pied en avant, mais voila que arrivé au palier du 1er étage dans une fumée dense et noir, je n’ai pas vu que l’un des murs avait été emporté par le souffle de l’explosion, mon pied et ma main dans le vide, ce fut la chute en avant, comme quoi, lors des reconnaissances dans le noir complet, soyez toujours plus que prudent dans vos recherches et progressions, la théorie, c’est bien et nécessaire, mais la pratique diffère des fois. Heureusement, j’avais mon Drager sur le dos, ce qui a amorti le choc, couché et coincé dans les décombres, je sentais la chaleur du feu sur mes oreilles et mon cou et ne pouvait plus bouger, j'étais coincé. Quelqu’un (Delhauteur Robert) au rez de chaussée m’a vu tomber et a averti les autres qui sont immédiatement venus me sortir au moyen d’un plan d’échelle de cette situation désagréable, l’escalier donnant accès à la cave n’existait plus non plus, ainsi que le plancher. Me croyant sur une bonne hauteur de débris instables qui bougeaient sous moi, après l'incendie, j'ai été voir et constata qu'il n'y avait qu'un demi mètre d'épaisseur, je ne paniquais pas trop, mais comme on dit, j’avais la queue entre les jambes. Pour finir, c’est Toby qui m’a sorti de ce mauvais rêve en me soulevant tout compris à 10 cm du sol, faut dire que c’était un malabar. Une fois dehors, je ne sentait plus mes jambes tellement ils tremblaient, mais je n’avais rien de cassé, ni de blessure, une chance unique. L’officier me conseilla de me reposer un peu dans la pompe, histoire de me recharger, ce que j’ai refusé, j’avais trop peur de ne plus oser affronter un incendie, j’ai donc continuer mon boulot, non pas sans être sur mes gardes, un peu trop même dans la lutte qui a suivit, n’appelons pas cela du courage, car je crois que tout le monde aurait réagit comme moi, notre préparation à ce genre de situation y est pour quelque chose.  Les compteurs ont encore brûler pendant +/- 1 heure, car on ne trouvait pas de vannes de fermeture (inexistantes) sur le trottoir Rien que de retirer les dalles à la recherche de ce moyen d’extinction, la terre prenait feu sous nos pieds (voir photos), même à plus de 10 mètres de la maison, nous étions d’après l’officier sur une bombe. Les techniciens d’Electrabel  ont du placer un ballon dans le tuyau d’arrivé du gaz pour couper le feu, un grand ouf de soulagement pour tous les intervenants lorsque qu’on a vu les flammes disparaîtrent.  

Explosion 2Explosion 3Explosion 4

Explosion 1Explosion 5

16:44 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

Ici en 2005, lors d’une vidange de péniche qui prenait l’eau le long du quai du canal de Willebroek, ouf pour le propriétaire, son bateau n’a pas coulé. Sur la photo, le véhicule d’éclairage que j’avais demandé par radio, Patrick Elich de dos et moi à sa droite.

Nuit canal

16:35 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

Une photo dont je ne connais pas la date, de notre regretté Marcel Bergen (CCC 1985), à droite, il y était encore caporal.

Marcel1

A SUIVRE WORD VERVOLGD

Si vous avez raté les précédentes

Als je de vorige gemist hebt

CLIC ME

 

16:31 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/03/2008

Suite mes photos - Vervolg mijn foto's

 
Je ne sais plus en quelle année, nous étions en grève, les revendications concernaient nos salaires et des problèmes de sécurité pour lesquels il n’y avait pas de sous. Une réception était au même moment organisé pour notre ministre de l’époque, champagne, sandwiches bien garnis etc. pour ça, il y avait du budget. Le ministre n’en a jamais profité, on ne l’a pas laissé rentrer dans la caserne, malgré ses menaces de sanctions dont on se foutait pas mal, il a été copieusement arrosé avec une lance de 45 devant l’entrée. Sur la photo : Nous avons emporté le tout, non pas pour le boire et le manger, mais pour tout distribuer aux habitants et passants dans les quartiers pauvres de Bruxelles.
Photo de gauche à droite/ Foto van links naar rechts : ? connais pas, 1 Georges Denis, 2 Guy Demeire, 3 Emile Verbeek, 4 Michiels René, 5 Pascal Stradiot, 6 moi-même, 7 Patrick Elich, 8 Roland Uitersprot,9 Guy Cloetens (je crois/geloof ik)
ManifN°
Ik weet het jaar niet meer, wij waren in staking, betroffen de eisen onze lonen en veiligheidsproblemen waarvoor er geen geld was. Op hetzelfde moment was er een receptie voor onze minister van toen georganiseerd, champagne, goed voorzien sandwiches’s, enz. daarvoor bestond wel een budget. De minister heeft er nooit van geprofiteerd, men heeft hem in de kazerne niet laten binnenkomen, ondanks zijn sancties bedreigingen, waarmee we geen rekening van hielden, werd hij voor de ingang klets nat gespruit met een lans van 45. Op de foto: Wij hebben het geheel, niet voor het te drinken en het te eten, maar afgehaald om alles onder de inwoners en de voorbijgangers in de arme wijken van Brussel te verdelen.

23:22 Écrit par Le Poilu dans Mes photos - Mijn foto's | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |