11/06/2007

Cap Nord 17ième jour

17ième jour – 10 juin (Umeå - Skellefteå 148 kms)

 

Chiffres

Distance 148 Kms
Temps vélo 6,38 heures
Départ 08h40 - Fin 17h00
Temps voyage 08,20 heures
Vitesse moyenne : 22,2 Km/hr

Pneus plats : 0

 

A notre heure fixe, hors du lit après une nuit magnifique. Bizarre, nous sommes les seuls réveillés dans la caserne, pour le reste pas de mouvement chez les pompiers locaux, rester dormir le dimanche? Au moment que nous disposons à 08h20 à reprendre la route, il y en a quand même un qui descend avec des yeux endormi. Voter aujourd’hui en Belgique, alors pour être un peu en ordre avec notre devoir de citoyen, nous demandons une attestation signée et cachetée au responsable, nous sommes quand même à l’étranger et ne pouvons pas voter pour le meilleur.

Ils nous ont indiqué une route alternative qui est aussi longue et est un bon chemin, à la place de la E4.

1

 

Ca roule bien pour les premiers 50 kilomètres, de belles longues routes droites, mais quand même sérieusement vallonnées.
Nous croisons en chemin un homme courageux, en veste fluo, s’entraînant déjà pour les mois d’hiver qui arrivent, et roulant sur de longs skis munis de roulettes.

2

 

A notre première halte, nous nous disons que ça peut gentiment continuer comme ça jusqu’à Skellefteå. Oubliez le, après 10 Kms, les 30 suivants sont pour souffrir. D’abord un panneau indiquant des travaux, une dizaine de mètres sans asphalte et remplacé par du gravier, cela se répète et reste durer, et les morceaux en gravier sont de plus en plus long et les pierres plus grosses, en plus, ça grimpe bien, souffrir !

3

 

Nous sommes constamment secoués et nous nous demandons si les vélos vont tenir le coup à ces chocs. Mais les Cannondale cyclos font cela fantastiquement et nous font passer à travers.

Lors d’une courte halte, nous sommes attaqués par un essaim de moustiques, qui sont content d’une fois voir quelqu’un passer. Cela nous conduit vers un autre point, le port du casque est une sécurité, nous le savons tous (Stef sûrement) Ici on voit tout le monde rouler avec un casque. Le seul inconvénient, ce sont les insectes.
On est en train de rouler tranquillement (en vélo bien sur) lorsque comme un éclair un point noir s’approche pour être aspiré par les trous d’aération du casque. Dans la demi heure qui suit, on sent quelque chose qui gratte et tourne en rond sur la tête, on ne sait pas ce que c’est, d’où ça vient et ou ça veut aller, c’est pour devenir fou. On essaie de sentir avec les doigts à travers les ouvertures d’aération, mais ça ne réussi pas. La solution existe alors en procédant à une courte halte ou l’insecte trouve enfin la sortie tout seul. Ouf, libéré de ces gratouilles sur la tête, jusqu’au prochain point noir qui passe. Et quand il y en en deux qui se pointe … bbrrrrrrr

Prochaine petite ville pour la halte de midi et nous sommes de nouveau 100 Kms plus loin. On se laisse de nouveau guidé vers une pizza, qui finalement est bien trop grand. Le temps se couvre, il fait plus frais et le soleil disparaît.

L’homme de la pizza nous donne encore quelques conseils pour le voyage. Il y a deux solutions, l’une peut être plus longue, mais selon lui, plus FLATTER que celui que l’on voulait emprunter. Nous osons penser que cet homme sait quand même précisément bien ce que plat veut dire. Plat c’était, mais se battre contre ce foutu vent qui ne veut pas nous aider. Entre temps le soleil est réapparu.

4
5
6

 

Ainsi nous arrivons vers 17h00 à Skellefteå, ou la caserne se situe très haut sur une montagne, récompensant ainsi nos efforts. Il sont au courant de notre venue et un lit est à nouveau pret.

7

 

Et comme ça nous sommes 2409 kilomètres plus loin que le 25 mai !

 

Les cyclistes du Cap Nord.

 

Si vous voulez leurs adresser un message ou lire ceux des autres :

http://www.tboek.nl/tboek/index.php?name=nordkapp

 

Ou écrivez le directement, cliquez ici sur Schrijf een nieuw bericht

 

Nederlandstalig uitleg: http://brusselsnordkapp.wordpress.com/

 

Comme vous le constatez, je donne pour l’instant une priorité à la traduction pour les francophones, des messages concernant nos pompiers cyclistes que je suis tous les jours via leur website, ce qui me laisse peu de temps pour poster d’autres sujets, veillez m’en excuser.

…………………………

Zoals u het vaststelt, geef ik momenteel een prioriteit aan de vertaling voor de Franstalige, van de boodschappen betreffende onze fietserbrandweerlieden die ik alle dagen volg via hun website, wat me weinig tijd laat om andere onderwerpen op te stellen, verontschuldigt mij daarvoor.

 

Le Poilu

00:50 Écrit par Le Poilu dans Actualité - Actualiteit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.