29/11/2005

SOUVENIR D'AURELIE

Rajout de photos et textes d'Aurélie, fille de Jean, sur le blog en sa mémoire, à gauche sur cette page.

Bijzet van foto's en texten van Aurélie, dochter van Jean, op zijn memorie blog, links op deze blad.

 

Voilà mon papa en pompier !

Papa je voulais te dire que tu nous manques terriblement à tous !

Tu as laissé un énorme vide derrière toi !

J’appréhende déjà Noël sans toi, je sais que Noël sans toi ne sera pas de toute joie… 

Aurélie


22:51 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

IM BACK

Eps, me voila de retour, avec l’update, le PC est de nouveau en ordre. La voiture, ce sera pour demain.

Eps, daar ben ik terug, met de update, de PC is opnieuw in orde. De auto, t’zal voor morgen zijn.


19:26 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DIMANCHE - ZONDAG 1

Ce dimanche pendant les corvées du matin, il nous est arrivé une histoire incroyable. On connaissait les hold-up  avec voitures bélier, prises d’otages, armes de guerre, etc. Cette fois ci, on a eu affaire à +/- 15 bandits déguisés en pompier, tous portaient une cagoule. Très bien organisés et connaissant bien les lieux, il venait retirer le grand coffre se trouvant dans la salle du cardex (plan des rues). Vous pourriez peut être en reconnaître quelques uns avec les indices et les photos que j’ai récoltés au risque de me faire descendre !!!

Suite post suivant.

Deze zondag gedurende de corvees van de ochtend, is ons een ongelofelijke historie aangekomen. Men kende hold-up’s met ramauto's, die van gijzelaars, oorlog wapens, enz. Dit keer, men heeft te doen gehad aan +/- 15 bandiet’s die in brandweerman waren verkleed, iedereen droeg een bivakmuts. Zeer goed georganiseerd en een goeie kennis van de plaats, kwamen zij de grote koffer weghalen die zich in de zaal van de cardex bevond (mappen van de straten). U zou er enkele ervan misschien kunnen erkennen met de index en de foto's die ik met de risico van mij te laten afschieten heb genomen!!!

Vervolg volgend post.


19:16 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DIMANCHE - ZONDAG 2

Ici, on les voit tirer le coffre vers la fenêtre démonter la veille par… on sait pas qui ! Mais c’est malgré tout une bonne chose,  car c’est déjà une vitre que l’on devra plus nettoyer dans la 11ième. Celui de droite sur la photo se faisait appeler « Avrel » Si vous regardez bien au fond on voit Félix qui prend des risques, il devait penser pouvoir récupérer quelque chose sans doute !

Suite post suivant

 

Hier ziet men ze de koffer naar het venster trekken die de vorige dag werd uitgenomen… maar men weet niet wie! Maar het is ondanks alles, een goed ding, want het is al een ruit dat men niet meer in de 11cie zal moeten schoonmaken. Die van rechterkant op de foto liet zich „Avrel“ noemen. Als u goed in de verte kijkt, ziet men Félix die risico's neemt, hij moest waarschijnlijk denken dat er iets te recupereren was!

Vervolg volgend post.


19:15 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DIMANCHE - ZONDAG 3

Ici, on voit qu’ils avaient tout prévu, celui du fond à gauche disait toujours « Thys in de zak, we gon er kome »

Suite post suivant

 

Hier ziet men dat zij alles voorzien hadden, die van de bodem aan de linkerkant zei altijd „Thys in het zak, we gon er kome“

Vervolg volgend post.


19:14 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

DIMANCHE - ZONDAG 4

Ici, on en voit un qui n’hésite pas à poser en disant «  Pfff, da duurt de lang » 

Suite post suivant

 

Hier ziet men een ervan die niet aarzelt om te poseren en zegende „Pfff, da duurt de lang“

Vervolg volgend post.



19:12 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

DIMANCHE - ZONDAG 5

Ici, celui de gauche transpirait tellement (le stress sans doute) qu’une sorte de teinture noire coulait de sous sa cagoule sur le col de sa veste. Celui de droite était sûrement le chef, avec un accent flamand il disait « plus sur la kante, le droite »

Suite post suivant

 

Hier, die van de linkerkant zweet zo uit (de stress waarschijnlijk) dat een soort zwart verf van onder zijn bivakmuts op de kraag van zijn jasje kwam. Die van rechterkant was zeker de chef, met een Vlaamse nadruk zei hij in’t Frans„ plus sur la kante, le droite 

Vervolg volgend post


19:11 Écrit par Le Poilu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |